Mardi dernier à Montréal, le vice-président et associé de SYRUS, Hugues Mousseau, avait convié trois chefs de la direction, Ralph Hosker (Belron Canada), Eugène Lapierre (Coupe Rogers/Tennis Canada) et Luc Sabbatini (PBSC), à participer à un panel intitulé : Est-ce que les communicateurs d’affaires sont les prochains stratèges d’entreprises ?

Ce panel était présenté devant plus de 1300 congressistes issus de 30 pays, dans le cadre du congrès annuel de l’International Association of Business Communicators.

Une enquête menée auprès des chefs d’entreprises

Le panel s’est ouvert sur la présentation par le modérateur de résultats préliminaires d’une enquête à laquelle ont participé des chefs d’entreprises issus de 11 différents secteurs d’activités provenant de 5 pays. Selon cette enquête menée par SYRUS, 84 % des chefs d’entreprises interviewés ont affirmé que la contribution des communicateurs d’affaires était essentielle ou absolument essentielle à l’atteinte des succès d’affaires, alors que 92 % des répondants sont d’avis que les budgets attribués à la fonction de communication sont générateurs d’un retour sur l’investissement positif.

Dans cette même étude, les répondants étaient invités à identifier les cinq principaux obstacles à une contribution encore plus stratégique des communicateurs, soit :

  1. Budget / ressources financières
  2. Expertise de l’équipe / expérience
  3. Culture organisationnelle
  4. Sens des affaires
  5. Compréhension des objectifs d’affaires

Enfin, les répondants ont précisé les trois responsabilités pour lesquelles les communicateurs d’affaires étaient les plus indispensables aux chefs d’entreprises :

  1. Promotion de la réputation
  2. Protection de la réputation
  3. Engagement des employés

Les principaux messages des panélistes

Appelés à se prononcer sur un bon nombre d’aspects de la contribution des communicateurs d’entreprise, les panélistes ont tous trois reconnu que le principal communicateur d’une organisation se doit invariablement d’être son plus haut dirigeant. Si ce n’était pas nécessairement essentiel il y a quelques années, c’est aujourd’hui devenu incontournable de par la croissance des médias sociaux et des attentes de transparence et d’engagement social des entreprises.

Les trois chefs d’entreprise ont également rappelé l’importance de considérer le rôle des gens qui, au sein de l’entreprise, sont en contact direct avec les clients. Selon les panélistes, ces gens de première ligne doivent être encadrés, outillés et encouragés de manière à assurer qu’ils représentent et incarnent les valeurs et la philosophie d’entreprise à l’occasion de chacune de leurs interactions ; après tout, ce sont eux les ambassadeurs de l’entreprise au quotidien.

La twittosphère a fait écho à plusieurs des propos des trois panélistes. Voici quelques extraits :12

3

45